Arrêt KERVIEL 2012 : Quelle issue ?!

Joseph Triquell – Dans quelques jours, quelle issue va être donnée par la justice à cette affaire illustrant parfaitement le traitement du risque humain / opérationnel dans l’entreprise ? Afin d’apprécier à sa juste valeur la « solution » qui va, sans aucun doute,  nous être donnée, il me parait utile de se remémorer certains éléments d’appréciation … Je vous propose… Lire la suite Arrêt KERVIEL 2012 : Quelle issue ?!

Procès J.Kerviel en première instance : après l’exemplarité, une interrogation essentielle subsiste …

Par Joseph Triquell – Ce « cas d’école » n’a décidément pas fini d’enrichir  la réflexion de ceux qui s’intéressent au risque opérationnel et juridique dans l’entreprise … mais aussi ceux qui observent les stratégies d’influence et de gestion de crise ! KERVIEL : bientôt une analyse juridique du risque opérationnel et de l’éthique dans l’entreprise ? … A la… Lire la suite Procès J.Kerviel en première instance : après l’exemplarité, une interrogation essentielle subsiste …

« Affaire KERVIEL » : risque opérationnel, contrôle interne, gestion de crise et responsabilités …

Depuis janvier 2008, la presse a très largement évoqué ce que l’on appelle « l’affaire KERVIEL» et de nombreux experts financiers, anciens traders … ont apporté des témoignages, pour la plupart intéressants et constructifs, dans cette affaire techniquement complexe.
En marge de la démarche de recherche de responsabilités, cette affaire (comme celle concernant la chute de la banque Barings d’ailleurs) est riche d’enseignements et permet de se rappeler l’importance de quelques éléments essentiels dans la « stratégie organisationnelle » de la protection de l’entreprise :
– le risque opérationnel : les erreurs, la mauvaise communication et la fraude,
– la SSI et l’identification, l’authentification lors des accès au système de traitement automatisé de données (STAD), la gouvernance du S.I.,
– la gestion des alertes (détection, alerte, analyse, réaction),
– l’activité «multi-participants» de la mission «sécurité» de l’entreprise, et la communication transverse entre les organes de contrôle,
– le «contrôle interne» et les audits de sécurité,
– le risque éthique: l’importance de la prise en compte du facteur humain,
– l’obligation légale d’organiser la «sécurité» dans l’entreprise,
– l’éventuelle responsabilité des dirigeants en cas de carences à cette obligation,
– la responsabilité (directe ou indirecte) des dirigeants et de l’entreprise, personne morale, pour les faits commis par leurs employés jugés dans «l’exercice de leurs fonctions»,
– la veille évènementielle et la gestion de la crise par la Société Générale.
(Voir l’article complet)… Lire la suite « Affaire KERVIEL » : risque opérationnel, contrôle interne, gestion de crise et responsabilités …